• Anglais

CHEFS 4 THE PLANET

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

Les tomates bio sont-elles toujours écolo ?

Afin de produire plus, certains maraîchers français cultivent leurs tomates bio dans des serres chauffées, généralement grâce à des énergies fossiles. Problème : ces légumes génèrent trois fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate venue d’Espagne, selon l’Agence de transition écologique. Enquête.

Au bout d’une des rangées de son exploitation maraîchère, Henri Jehanno cueille une tomate cerise bien rouge : « Cette tomate, le 30 avril elle ne sera pas bio et le 1er mai, elle sera bio », commente-t-il. Cela vous surprend ? C’est normal. Ce miracle de l’étiquetage est la conséquence d’un règlement français entré en application en 2020. Entre le 21 décembre et le 30 avril, stipule le texte, il est interdit de vendre comme bio une tomate (mais aussi une courgette, un concombre ou un poivron) qui a été cultivée sous serre chauffée. Or, c’est le cas de la petite tomate cerise que tient notre agriculteur installé dans un superbe hameau près de Lorient.

« Voici l’arrivée du gaz et le système de combustion, explique-t-il devant ce qui ressemble à un gigantesque ballon d’eau chaude installé au fond de l’entrepôt d’où partent ses cagettes de légumes. C’est le même système qu’un brûleur et une chaudière dans une maison ». L’eau chauffée circule à une température de 40 °C dans des tuyaux au niveau du sol des serres, entre les rangées de tomates, afin de maintenir la température de l’air autour de 20 °C. Et comme beaucoup de chaudières, elle fonctionne au gaz naturel. Est-ce écologique ? « C’est une énergie fossile, non renouvelable, répond Henri Jehanno. Donc, de ce point de vue là, l’impact est négatif. » Mais pour l’exploitant bio, c’est un mal pour de nombreux biens : « Mon système de production, qui est si dénigré par une partie de la communauté bio, assure une quantité de production, sur une plus grande étendue de temps et à des prix raisonnables. » Et de croquer dans sa tomate cerise : « Et en plus elle est excellente ! »

Bio sous serre chauffée, c’est pire que de l’importer d’Espagne

Soit. Mais cette méthode est-elle conforme à l’esprit du règlement européen de l’agriculture biologique qui impose, dans son article 3, de « respecter (r) les systèmes et cycles naturels » – autrement dit, respecter les saisons ? Pour Arnaud Daligault, un autre maraîcher bio breton, il faudrait carrément interdire cette méthode. « À partir du moment où on artificialise en introduisant du chauffage, en créant les conditions optimales pour la croissance d’une tomate, on ne respecte pas les cycles naturels », affirme-t-il, catégorique, en visio-conférence depuis sa serre non chauffée.

Lire la suite ici: https://www.leparisien.fr/video/video-les-tomates-bio-sont-elles-toujours-ecolo-16-04-2021-7MC27LHL3FE6ZC5IJGSM52Q2HE.php

Autres

Publications

Kit zéro déchet, poisson durable à la cantine :...

A l'occasion de la Journée mondiale de l'océan, le mardi 8...

Les eurodéputés demandent une interdiction progressive des élevages en...

La résolution adoptée jeudi à une très large majorité fait suite...

Peut-on encore manger du poisson ?

Après avoir sombré dans l'excès et trop pêché par ignorance, on...

Les ambitions hors norme de l’agriculture hors-sol

Chouchous de l'agriculture urbaine, l'hydroponie et l'aquaponie ont le vent en...

McDonald’s adopte le Nutri-Score, une première pour un fast-food...

Faire rimer malbouffe et transparence ? C’est le dernier pari de McDonald’s,...

L’alimentation végétale, un nouvel art de vivre ?

(Ecouter: 28 min) Qui a dit que la cuisine végane était...