CHEFS 4 THE PLANET

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

Manger local, en circuit court, est-il vraiment meilleur pour l’environnement ?

Les craintes liées à la pénurie de supermarchés pendant les premiers stades de la pandémie de Covid-19 ont conduit de nombreuses personnes à acheter leur nourriture auprès de producteurs locaux, laissant entrevoir la perspective d’une transformation de la façon dont les gens se procurent leur nourriture à l’avenir. Mais si manger localement et des chaînes d’approvisionnement plus courtes sont souvent considérées comme une alternative plus durable à notre système alimentaire mondial, la réalité est beaucoup plus compliquée, comme l’explique le Dr Tessa Avermaete, bioéconomiste à l’Université catholique de Louvain en Belgique.

Qu’est-ce que la pandémie a révélé sur la manière dont l’Europe se nourrit ?

Du côté des consommateurs, il n’y avait vraiment que quelques problèmes d’approvisionnement en Europe. En Belgique, par exemple, nous avons eu des problèmes avec la levure parce que tout le monde était à la maison et a commencé à cuisiner. Il y avait également des problèmes avec le chocolat en raison de l’approvisionnement en cacao et d’un type spécifique d’olives. Pas vraiment des produits dont vous avez besoin pour une alimentation saine.

Ce que la crise du Covid-19 a montré, c’est qu’en réalité les chaînes d’approvisionnement alimentaire sont très solides. Personne en Europe n’a vraiment eu faim à cause de la Covid-19. Mais certains agriculteurs européens ont souffert, surtout ceux qui exportent. Dans le secteur de la pomme de terre, les exportateurs vers la Chine, par exemple, sont restés avec des tonnes de pommes de terre sur les bras.

Quelles solutions ?

Une chose dont les gens ont beaucoup parlé c’est la diminution de la chaîne d’approvisionnement. Certes, pendant la pandémie, beaucoup plus de gens ont découvert qu’ils pouvaient acheter chez un agriculteur ou un fournisseur local. C’est sans doute bon pour l’économie locale et un moyen d’obtenir une alimentation saine. Mais nous devons être honnêtes – ce n’est qu’une infime partie du marché global. Et il est fort probable que les gens retourneront chez leur détaillant habituel une fois la crise passée. Mais ce que j’aime, c’est que les gens commencent à réfléchir davantage à l’origine de leur nourriture. Quand on regarde le système alimentaire, c’est en fait assez complexe.

Est-il toujours plus durable d’acheter local ?

Produire et consommer localement serait une bonne solution car cela pourrait avoir une empreinte environnementale plus faible et augmenter la sécurité alimentaire. Mais tout ne peut pas pousser partout. Certaines régions ont les terres adaptées pour les cultures arables, tandis que d’autres sont mieux adaptées pour le pâturage du bétail. Certaines terres conviennent au soja mais ne peuvent pas être utilisées pour faire pousser des pommiers. Il est logique d’utiliser vos terres de la manière qui leur convient le mieux, et c’est ce que nos chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales nous ont permis de faire.

Lire la suite ici : https://www.notre-planete.info/actualites/4784-circuit-court-manger-local-environnement

Autres

Publications

Manger bio, local et de saison : le CPIE...

Le CPIE Brenne-Berry lance la 5ème édition de son "Défi Alimentation...

Alimentation durable : 8 conseils simples pour manger plus...

Comment manger mieux, pour la planète, pour la santé et pour son...

Gaspillage alimentaire : au restaurant, le ‘doggy bag’ devient...

Depuis le 1er juillet 2021, les clients de restaurants ont le droit...

Kit zéro déchet, poisson durable à la cantine :...

A l'occasion de la Journée mondiale de l'océan, le mardi 8...

Les eurodéputés demandent une interdiction progressive des élevages en...

La résolution adoptée jeudi à une très large majorité fait suite...

Peut-on encore manger du poisson ?

Après avoir sombré dans l'excès et trop pêché par ignorance, on...