CHEFS 4 THE PLANET

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

LE RÉSEAU MONDIAL D'INFORMATION ET DE SOLUTIONS POUR UNE GASTRONOMIE DURABLE

Le confinement a renforcé les envies de consommation durable

Selon la première étude de l’observatoire «Alimentation et familles» publiée par la Fondation Nestlé, les Français privilégient désormais une alimentation responsable. Mais l’impact de la crise sanitaire sur le pouvoir d’achat constitue un frein.

C’est l’un des rares effets positifs du confinement. Pendant cette période, au printemps dernier, les Français ont accéléré leur transition vers une alimentation dite responsable. C’est ce qui ressort de la première étude publiée ce mardi par le nouvel observatoire «Alimentation et familles» de la Fondation Nestlé, avec Ipsos. «Il y a vraiment eu, pendant le confinement, une accélération de la volonté de consommer responsable. La crise du Covid a souligné l’envie de cuisiner, de partager un repas plus sain qui se traduit par le fait de manger plus varié et durable», résume Pierre-Alexandre Teulié, secrétaire général de la Fondation Nestlé.

Ainsi, 51% des Français affirment plus souvent ou nouvellement privilégier des aliments locaux ou produits en France. L’attention se porte aussi de plus en plus sur le bio, privilégié par 45% des sondés. Cette consommation responsable, déjà portée par les différents scandales alimentaires ces dernières années, passe également par un rejet plus prononcé des aliments transformés. Preuve de cette tendance : 47% des Français affirment lire plus souvent les étiquettes et plus de la moitié des personnes interrogées (54%) disent utiliser une application d’information nutritionnelle type Yuka. «Dans leurs façons de cuisiner, les Français ont confirmé pendant le confinement des pratiques sur lesquelles ils avaient déjà mis l’accent avant la crise. Pour le futur, ils souhaitent d’abord privilégier une alimentation plus locale et brute», souligne l’étude.

La lutte contre le gaspillage devient également une priorité : 48% affirment plus souvent ou nouvellement faire plus attention à cet aspect. Cuisiner les restes est perçu comme un moyen d’agir à son échelle pour l’environnement, mais c’est aussi une solution pour gagner du temps ou faire des économies. De même, 41% disent plus souvent réduire leurs achats de produits emballés dans du plastique ou avec des suremballages. «Quand on commence à veiller au packaging, qu’on fait attention aux dates limites de consommation, qu’on se met à cuisiner des restes, cela nous montre que l’anti-gaspi fait une entrée en force dans la conscience des Français», note Pierre-Alexandre Teulié.

Lire la suite ici : https://www.lefigaro.fr/conso/le-confinement-a-renforce-les-envies-de-consommation-durable-20201124

Autres

Publications

Manger bio, local et de saison : le CPIE...

Le CPIE Brenne-Berry lance la 5ème édition de son "Défi Alimentation...

Alimentation durable : 8 conseils simples pour manger plus...

Comment manger mieux, pour la planète, pour la santé et pour son...

Gaspillage alimentaire : au restaurant, le ‘doggy bag’ devient...

Depuis le 1er juillet 2021, les clients de restaurants ont le droit...

Kit zéro déchet, poisson durable à la cantine :...

A l'occasion de la Journée mondiale de l'océan, le mardi 8...

Les eurodéputés demandent une interdiction progressive des élevages en...

La résolution adoptée jeudi à une très large majorité fait suite...

Peut-on encore manger du poisson ?

Après avoir sombré dans l'excès et trop pêché par ignorance, on...